Qu’on se le dise, tout n’est pas perdu : depuis 2000, les surfaces végétales sur la planète bleue ont progressé de 5 % !

Pour vous faire une idée, cela représente l’équivalent de la  forêt amazonienne. Cette info a été publiée par la très sérieuse revue Nature à partir des données satellites de la NASA.

Et alors que l’Occident critique beaucoup les ravages écologiques de l’industrialisation et de la démographie de la Chine et de l’Inde, ces deux pays contribuent largement à ce verdissement, à travers le développement de massifs forestiers et de terres agricoles. 

Elles comptent ainsi pour “plus d’un tiers du reverdissement de la planète, alors qu’ils ne contiennent que 9 % des surfaces végétales de la planète“, selon Chi Chen, chercheur à l’université de Boston et premier auteur de l’étude.

Dans l’Union européenne, la progression des zones végétales est de 4,6 %.

L’autre Grande muraille

En Chine, ce résultat est le fruit du programme de la Grande Muraille verte, lancé pour stopper l’érosion des sols et l’extension des déserts. Des milliards d’arbres ont été plantés, et ont accru de 42 % la surface des forêts.

En Inde en revanche, le verdissement est dû pour 82 % à l’extension des surfaces agricoles. Mais c’est toujours ça de pris !

Ces chiffres sont encourageants, car ils démontrent que l’on peut inverser des tendances à la désertification.

Selon les Nations unies, 250 millions de personnes à travers le monde sont directement affectés par la désertification. Au cours du dernier siècle, les Etats-Unis et l’Union soviétique ont lancé de vastes projets de création de forêts, et une vingtaine de pays africains collaborent pour ériger une barrière verte destinée à stopper l’avancée du Sahara.


A LIRE AUSSI SUR WEFUZZ

Les couverts en plastique bientôt interdits en Europe


Image : Bela Geletneky /Pixabay