Peu de séries mettant en scène des ados ont réussi à s’extraire des clichés. Derry Girls fait partie de celles-là.

Pourquoi ? Tout d’abord car elle envoie balader les lieux communs propres aux séries américaines soit trop guimauves, soit trop vulgaires.

Et pour cause : Derry Girls est une série nord-irlandaise. Bienvenue à Londonderry, ou Derry pour les nationalistes et les catholiques. La ville tristement célèbre pour avoir été le théâtre du massacre du Bloody Sunday.

Si vous vous demandiez de quoi parle Bono (U2) dans la célèbre chanson, eh bien c’est de ça : dans un contexte d’affrontements violents entre catholiques et protestants en Irlande du Nord dans les années 70, une manifestation pour les droits civiques avait dégénéré et été sévèrement réprimée par les paras anglais. Bilan : 14 morts, dont sept ados.

Une série déjantée dans un contexte hypertendu

Bref, Londonderry est place forte marquée par la douloureuse histoire du conflit nord-irlandais, qui ici voit plusieurs adolescentes évoluer dans un contexte certes parfois difficile mais qui ne sombre pourtant jamais dans la déprime.

Car Derry Girls est une série comique. Comique et déjantée ! Le plus fort est qu’elle se permet aussi de parler politique mais sans avoir l’air de le faire. Les personnages sont attachants, la narration est rythmée, et les acteurs sont excellents.

Une 3e saison annoncée

Diffusée par Channel 4, la chaîne qui nous avait offert Skins il y a quelques années, Derry Girls a débarqué chez nous via Netflix il y a quelques mois. Deux saisons sont pour le moment dans la boite, mais une seule est à ce jour disponible en France. La troisième vient d’être confirmée.

Laissez-vous tenter, vous ne le regretterez pas !


A VOIR AUSSI SUR WEFUZZ

The Walking Dead saison 9 : la lente décrépitude d’une série (autrefois) culte


 

Retrouvez toutes les chroniques Ciné & Séries de Gilles Rolland sur

Gilles Rolland